dimanche, octobre 30

Weblogs : demain ... la veille

Un nouveau "Web"

L'exemple tres concret d'un outil de veille : le blog. Voici un article d'Olivier Ertzscheid qui traite entre autre de ceci ; méta-blog, méta-veille ? Appelez ca comme vous voulez...

Après l’avènement du “Web”, après celui de l’e-mail et des listes et groupes de discussion, après l’essor et l’engouement relatif aux technologies de la messagerie instantanée et conjointement aux développement des technologies WiFi et de l’Internet sans fil, les “weblogs” ou “blogs” ou “carnets Web” s’affirment comme la dernière évolution marquante liée aux technologies de l’information et de la communication.

Même si plusieurs déclinaisons sont possible, un weblog désigne habituellement une page personnelle, généralement alimentée par un seul individu et constituée des courts messages affichés et archivés automatiquement selon un ordre ante-chronologique.

Ils font progressivement leur entrée dans le monde de l’entreprise en complément ou parfois en remplacement d’applications de CRM (outil de gestion de la relation client), d’outils collaboratifs, voire d’intranets complets, grâce à des fonctionnalités de gestion de projet.

Mais c’est pour les veilleurs et particulièrement dans des contextes d’intelligence économique que leur impact est le plus mesurable : ils s’avèrent être des sources d’information aussi inédites que pertinentes.

[...]

Veille pedagogique et NTE

Les NTE ou nouvelles technologies éducatives sont le nouveau mais déjà bien présent chez certains (moi ?!) type d'enseignement.
M. J-P Pinte, qui est entre autre chargé de développement des NTE à l'université de Lille, tient à jour son blog chez le Monde et publie ses articles en lien à ces nouvelles formes d'enseignement et d'information. C'est sympa et sérieux, c'est ici !

lundi, octobre 24

Petite organisation des outils de veille :

Mais au fait, comment ca marche !!!

...Entre services, cellules et agents de veille...

Il est vrai qu'une multitude de services de veille existent. Par le fait que la surveillance de l'information a trait à plusieurs domaines, que ces marchés sont économiquement complexes et que certains d'entre eux évoluent avec une rapidité incontrolable (notamment la sphère internet pour n'en citer qu'une), les sociétés de services proposeront une organisation plus ou moins spécifique d'une ou plusieurs cellules de veille à travers différents types d'agents de veille.
La mise en place d'une cellule de veille est un projet long et fastidieux dans le cas d'une entreprise d'envergure puisqu'elle nécessite des études de marchés, une prise en compte de la gestion des connaissances et de l'intelligence économique (termes à définir ?!) ; on parle dans ce cas de progiciels ou de briques fonctionnelles : outils intégrés qui rassemblent des fonctionnalités couvrant la totalité ou une partie des besoins en matière de veille.
Cependant les solutions ne sont pas forcément d'énormes systèmes de surveillance mais parfois de simples logiciels ; il faut pour cela prendre en compte les cycles de veille ou autrement dit, savoir à quel cycle de l'information la veille doit préter attention.
On distingue la plupart du temps 3 ou 4 cycles auquels sont liés des agents de veilles :
- La collecte de l'information avec des agents tels que les méta-moteurs, les aspirateurs de sites...
- La diffusion avec les blogs, les newsletters...
- L'exploitation et les logiciels d'analyse (technologie d'analyse statistique, analyse sémantique et/ou syntaxique, analyse par représentation cartographique, etc.)
- Le sourcing (ou e-sourcing)et des agents comme les gestionnaires de bookmarks (dont voici la définition sur un blog "conccurent").

Vous trouverez ici l'excellent site d'Agentland, portail dedié aux tests d'agents intelligents grand public.

Que la veille se consacre à des outils monoposte (c'est-à-dire ne prenant en compte qu'un cycle de la veille) ou à des outils d'entreprise (prenant tout ou partie du cycle de veille), l'offre en la matière peut se décomposer comme suivant :

D'apres le blog de Gilles Balmisse


Merci à Gilles Balmisse

NB : La vocation première des outils représentés en bleu (comme les outils de diffusion tels que les blogs, les outils de gestion de newsletter ou bien encore les outils de publication et les flux RSS) n'est pas la veille, mais ils peuvent supporter une partie du processus.

En ré0sumé :

La veille fonctionne en système autour du cycle de l'information. Quelque soit le domaine, c'est à travers une cellule qu'elle s'organise. La mise en place de cette dite "cellule" s'effectue soit avec l'aide d'une société de services specialisés (trouvant une solution adaptée à la demande), soit avec l'utilisation de logiciels grand public. Que la solution puisse être professionnelle ou pas, les agents de veille sont "les petits soldats espion bataillant pour la recherche de l'information".
Une armée sans agents secrets est un homme sans yeux ni oreilles. Sun Tzu Art. XIII

N.P.

Mettons-nous d'accord : Norme AFNOR

Puisque tout le monde en parle...

L'Association française de normalisation (AFNOR) est l'organisme officiel français de normalisation. Il est membre de l'Organisation internationale de normalisation (ISO) auprès duquel il représente la France comme l'ANSI y représente les États-Unis.
L'AFNOR a été créée en 1926 ; elle est placée sous la tutelle du ministère chargé de l'industrie. Elle compte environ 3 000 entreprises adhérentes.

Suite au fait que l'on peut considérer la veille comme une activité à part entière au sein de l'entreprise, l'AFNOR a développé la norme XP X50-053 : Prestations de veille - Prestations de veille et prestations de mise en place d'un système de veille.

Ce document de réference cherche à répondre à un double objectif :
- faciliter la relation entre le prestataire interne ou externe à l'entreprise et le client par une terminologie commune, un descriptif de l'offre, une clarification des rôles ou des engagements respectifs ;
- contribuer à une amélioration de la qualité des prestations.

En outre, cette norme définit les différents termes liés à la veille, les différentes caractéristiques des prestations de veille et des prestations de mise en place d'un système de veille, leur processus de réalisation, les compétences requises, les relations entre les clients et les prestataires. Elle s'applique à toute prestation concourant à la mise en place et à l'alimentation d'un dispositif de surveillance active de l'environnement technologique, commercial, économique, sociologique, géopolitique, concurrentiel, juridique, réglementaire, normatif..., que cette prestation soit réalisée en interne ou en externe, qu'elle fasse l'objet d'une transaction marchande ou non, que l'entité qui la réalise soit publique, parapublique ou privée.
Puisque malheureusement l'open source n'est pas un des principes fondamentaux de notre monde, je ne peux vous proposer que le sommaire de la norme.
N.P.

dimanche, octobre 16

Il n'y en a pas qu'une ?

Maintenant que vous pouvez appréhender d'une meilleure manière notre thêmatique, nous allons voir qu'évidemment la veille n'existe pas comme une pratique unique mais commme un ensemble de procédés et fonctions.
Suite à quelques cabrioles compulsives de ma souris sur la toile, j'ai pu entrevoir une dizaine de veilles...

- Veille stratégique, scientifique et technologique
- Veille juridique et réglementaire
- Veille sanitaire
- Veille économique : concurrentielle, commerciale, marketing, sociétale, financière...
- Veille pédagogique

- Et un peu plus...

Le développement de la veille n'est que très récent en France ; en effet, l'engouement pour la veille ne s'est manifesté que vers la fin des années 80.
En 1988, un comité d'orientation stratégique de l'information scientifique et technique de la veille technologique est crée par le ministre de la recherche et de l'enseignement supérieur.
En 1989, l'union des industries chimiques a consacré un atelier de veille technologique.
Le Xème plan a pris en compte l'ensemble "veille technologique et politique des brevets".
En 1989, a été crée le premier DEA en "information stratégique et technique, veille scientifique et technique" par le professeur Henri DOU à l'université Aix Marseille III.
Depuis, apparaissent une multitude de formations que ce soit concernant la veille technologique et strategique ou economique et marketing dans les instituts et universites francaises.
N.P.

samedi, octobre 15

Un peu de polysémie :

Petit cadrage terminologique...
Le thême de "veille" dont je vais traiter est à nuancer de "l'état de veille" : moment sans sommeil (encore que...) ou de ce lui de "veille" comme jour qui en précède un autre selon notre ami Robert. L'acception du terme de "veille " dont je vous parle peut être assimilable à ceci :
"Recherche et traitement d'informations pouvant intéresser une entreprise, un organisme, une profession."
Bien que basique, cette définition permet de situer le fait que la veille est une activité concernant l'information. Plus précisement, et c'est la formule que nous retiendront :



Avec l'introduction de ceci, les notions d'évolution et d'innovation à ne pas confondre apparaissent. Elles méritent un éclairage pour permettre d'entrer véritablement dans le vif du sujet.

L'évolution : L'évolution se décrit comme le processus par lequel les espèces se modifient par transformations successives des organismes. L'idée de l'évolution s'est développée au cours du XVIIIe siècle et du XIXe siècle. Charles Darwin est resté historiquement la figure dominante de la mise en place des théories de l'évolution par son ouvrage "L'origine des espèces" publié en 1859. Outre cela puisque c'est hors sujet (à l'occasion je me permet de vous rappeller que c'est un blog sur la veille), en quoi l'évolution à un quelconque rapport avec la veille ?
Reprenons la défintion retenue : "Activité qui consiste à étudier des informations statégiques pour permettre d'anticiper les évolutions (...)". Dans le cadre de l'anticipation d'une quelconque évolution, la veille étudie les informations d'un point de vue stratégique. "Evolution" est encore ici potentiellement polysémique puisque le sens qui nous interesse n'est pas celui proposé par Darwin mais plutôt : changement relatif au temps, suite d'évènements variés.
L'innovation : Tout simplement, introduction d'une nouveauté dans une chose établie. Par extension, désigne la nouveauté. Issue de la recherche fondamentale de nouveaux usages, l'innovation est donc une démarche active ponctuelle (innovation produit, de projet) ou longue (innovation totale, de management) visant la création d'un nouvel objet. Spécifiquement, l'innovation est l'un des principaux moyens pour acquérir un avantage compétitif en répondant aux besoins du marché. Il existe au delà de cette définition, différentes significations en fonction du domaine :l'innovation politique, innovations de rupture...
Si vous êtes intêrressés, un petite rubrique journalistique de l'innovation

Par ces petites lumières, vous pouvez sûrement percevoir en quoi la veille est au delà d'une activité de recherche et de traitement d'informations, un besoin primordial pour tout organe soumit à des contraintes, qu'elles soient d'ordre économique, juridique, informationnelle.
Mais au fait, d'où viens la veille ?
L'invention du télégraphe et le développement des télécommunications, souvenez-vous... la vitesse de circulation des informations n'est plus celle des personnes, la nécéssité de maîtriser l'information et de capitaliser des connaissances deviendra plus importante que celle de produire des biens : c'est en ce sens que la veille industrielle verra le jour et évoluera vers le contrôle des connaissances. Le monde est en marche...
N.P.

mardi, octobre 11

Il faut toujours commencer par quelque chose...



Bonjour la toile,
On dit communément qu'il faut toujours un premier pas pour commencer quelque chose... Voici donc la première page de ce présent blog !!! Elle ne dit rien, ne présente rien et ne sert à rien.

Appellez ça comme vous voulez, de la bétise humaine à l'auto-dérision : cela ne durera pas.