jeudi, novembre 10

Google : Satire

Google2005 !


_A. Tecnolecte provenant de gogol (angl : Googol). Petit moteur de recherche nés des travaux de Larry Page et Sergey Brin à partir de 1996 à Stanford (CA, USA). Il a évolué selon le modèle de l'algorithme mathématique nommé PageRank. Le but n'est pas de retracer cette histoire, puisque cela a déjà été très bien fait ici et que vous trouverez aussi officiellement the Google's Features History.

_B. Selon une étude de l'institut Mediamétrie (et autres) :

Si vous avez lu l'article d'explication du PageRank (conseillé), vous savez que l'on peut accroître son référencement selon quelques techniques habiles ! Les pages qui apparaissent en première position apres une recherche X sur Google ne sont pas forcément les plus pertinentes à propos du sujet X, mais celle qui sont le plus "en liaison" au sujet X. Autrement dit, en tapant une requête, vous n'obtiendrai pas un résultat précis mais un résultat "de lien à lien" pour votre requête.
Pour illustrer par quels moyens est aujourd'hui poussé le vice, regardez les articles de Jean Véronis sur l'E-Pub ici et . Quand on sait aussi qu'il existe des "conférences Google", des sites personnalisés dans l'audit de référencement (, et ), que Google paie des internautes pour faire le ménage et que certains politiques achètent des mots-clés, tout bon citoyen peut se dire que Google n'est pas un moteur de recherche mais un moteur de pub.

ndlr : Le plus effrayant n'est pas cela puisque sur ordinateur ou ailleurs, la surcharge d'informations est déjà présente outre mesure, mais...

_C. Selon l'URFIST les proportions que prennent le harcèlement numérique :



"Les moteurs de recherche sont de formidables machines à collecter et à centraliser l’information : 8 milliards de pages sont accessibles dans Google. Or ce marché désormais plus que rentable grâce aux revenus de la publicité en ligne (...) Aujourd’hui seuls subsistent (autrement que de manière anecdotique) trois grands acteurs : Google, Microsoft (MSN) et Yahoo, le premier d’entre eux étant à bien des égards en situation quasi-monopolistique. Ceci n’est pas sans poser quelques problèmes en termes d’accès à l’information, puisque 3 visites sur 4 en France viennent directement de Google, qui n’a jamais masqué ses ambitions de devenir un guichet unique d’accès à l’information.Une situation d’autant plus problématique que chacun des trois grands déploie activement une stratégie d’offre de type « portail » en multipliant les services personnalisés : « mon » courrier électronique, « mes » photos, « mon » weblog, « mes » titres d’actualités, etc. Or pour pouvoir fonctionner, ces services réclament une identification nominative persistante : ce n’est plus simplement le numéro IP de notre machine qui est enregistré et conservé mais bien notre identité réelle, porte ouverte à la constitution de formidables fichiers clients, à la valeur commerciale colossale.



_D. Selon le N-Y Times : une prémisse du fait que toutes les informations seront blanches :

Google2084 ! Click here to watching

N.P.
(qui utilise le meme moteur de recherche comme 64% des internautes....)

1 commentaire:

Emilie a dit…

Héhé je trouve ton blog bien concu beau travail, article intéressant et sujet bien trouvé